Pluribiose : Travailler avec les microbes

À propos

La résistance bactérienne aux antibiotiques, fléau encore largement sous-estimé, constitue l'exemple paradigmatique des conséquences d'une mise au travail des êtres vivants, les microbes, au service du capitalisme industriel. C'est le point de départ de la réflexion menée dans cet ouvrage sur la production et l'utilisation des savoirs scientifiques. Les savoirs ne sont pas innocents, les réponses à apporter aux multiples crises que nous traversons non plus. Il est donc plus que jamais nécessaire de pousser les portes des laboratoires, de développer une connaissance fine de la façon dont les savoirs sont produits. Se donnent alors à voir des modes de relation et de rapport au travail avec les microbes qui peuvent constituer autant de pistes pour élaborer ces réponses.


Sommaire

Préface.
Introduction.

1. Antibiotiques, plantations et Capitalocène : mettre lesmicrobes au travail :
1.1. Développement des antibiotiques.
1.2. Replacement dans l'histoire longue.
1.3. Plantations de microbes : mises au travail et exploitation.
1.4. Antibiorésistance et « biologie de l'histoire ».
1.5. Transition : antibiorésistance, ontologies etépistémologies.

2. Pluribiose, microgéohistoires et collection : ce quetravailler avec les microbes requiert :
2.1. Humains, levures et domestication.
2.2. Phages, bactéries, et antibiorésistance.

3. Conclusion.
4. Discussion.
5. Références bibliographiques.

Rayons : Sciences & Techniques > Sciences de la vie > Biologie


  • Auteur(s)

    Charlotte Brives

  • Éditeur

    Quae

  • Distributeur

    Sodis

  • Date de parution

    07/03/2024

  • Collection

    Sciences En Questions

  • EAN

    9782759238811

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    76 Pages

  • Longueur

    19 cm

  • Largeur

    12.1 cm

  • Épaisseur

    0.5 cm

  • Poids

    82 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Charlotte Brives

Charlotte Brives est anthropologue des sciences et de la santé, chargée de recherche au CNRS au sein du Centre Émile Durkheim. Ses recherches portent sur les relations entre humains et microbes dans la production, la circulation et l'utilisation des savoirs scientifiques, depuis les laboratoires jusqu'aux réglementations sur les produits de santé en passant par les essais cliniques. Elle a publié, aux éditions Amsterdam, Face à l'antibiorésistance, une écologie politique des microbes.

Découvrez un extrait PDF
empty