Editions Maia

  • De l'étang de Saint-Nazaire, proche de Perpignan, où l'on repêche un candidat au suicide et où l'on pêche « à la lessiveuse », jusqu'à Cassis, où sera tondue une vraie héroïne de la Résistance, en passant par une île indéterminée, où joue le Minotaure, et par ce phallus du Pont du Gard qui se trouve être celui d'Hercule, en passant, aussi, d'une cour d'école, à Montpellier, où règne un «artiste du verbe», au Carrousel d'Avignon, qui voit un exceptionnel chanceux, et d'une soirée littéraire à Monieux à un salon du livre à Noves, André Bonafos nous promène « Sous les cieux magiques de la Méditerranée », avec ses quarante-trois contes et récits ici réunis. On y rencontrera le Mistral et l'héroïsme d'une épouse, un «renaïre» provençal et bien d'autres lieux, personnages et aventures, où le passé rejoint le présent, où les santons ressemblent à leur propriétaire, où les araignées sont hôtes de la crèche, où les orties ont leur mot à dire à Eyragues, où se succèdent d'étranges présages au Pays des Alpilles et où un orage dantesque semble punir Avignon ! Que ce soit un conte ou un récit, chaque texte est nourri d'un réel vécu ou observé profondément, qui lui donne de la densité et une vérité prenante, car le style est vivant, plaisant... On s'attache à ces personnages autant que l'auteur, qui leur donne à tous, y compris au « Renaïre », sa profonde sympathie. Comme ces santons qui manifestent leur tendresse aux « Cigales de Noël », comme Mandela, enfin libre...

  • Narcisse et Coquelicot, pétales sur les pas d'une rencontre, est un bouquet noué par une âme d'enfant qui découvre une maman de coeur... surgie au lendemain du décès de sa mère, une mère qui ne savait pas aimer. Toi qui ressemblais tant à maman, mais qui m'aimais... Oh toi dont les mots pétillaient, et qui m'as transfusé ta joie du langage. Voilà ce qui a jailli, saison après saison, cet amour enfantin qui pouvait enfin se fixer, et se transcrire en mots d'adulte, ces mots qui manquent souvent à l'enfant qui offre son coeur.

  • - J'ai 13 ans, pas toutes mes dents. Mes molaires ne sont pas pressées d'être sages, dit l'orthodontiste. Mes dents chahutent. Peut-être à cause des mots qui ont changé.
    - Jean m'a remise à moi-même. Alors que je ne suis plus rien. Le sait-il seulement ?
    - Les premiers week-ends, elle a refusé de me donner Nino. C'est bizarre de dire « donner » quand il s'agit de son enfant. Une étrange possession.
    Dans un maillage choral, le lecteur est invité tout de go dans les mots, les tourments, les dilemmes intérieurs de trois narrateurs aux prises d'une séparation parentale. Nino, le fils coincé dans un entre-deux suffocant, Jean, qui refait sa vie comme on rejointoie un mur lézardé, et Alice, qui tente de rester debout par une bouleversante idée de vengeance.
    Trois points de vue poignants, acerbes sur le drame qui se noue. Des voix qui s'immiscent en nous sans que nous puissions les ignorer.

  • En ces jours de transpositions hasardeuses / Le présent revêt la fragilité des ailes d'un papillon / Les lendemains offrent l'espoir de se déguiser en phénix / Et l'insondable ouvre le chemin vers tous les possibles...

    Vouloir passer de l'éveil au sommeil peut être hasardeux. Les humbles mots de ce recueil sont un hommage pour celle qui espérait avec entêtement un hypothétique départ qui lui fut promis, puis escamoté. Ce qu'elle croyait être son dernier lit, où une nuit rédemptrice triompherait de ses innombrables jours, ne fut qu'une étape vers une attente silencieuse et résignée. Elle a été ma forteresse en me répétant « Sois heureuse ma fille ! ». Je veux lui donner raison, jour après jour. Le bleu était sa couleur préférée, celle avec laquelle on peut colorier un hymne à la poésie de la vie. C'était ma maman, Carmèle Frau, 12 octobre 1924 - 4 août 2020.

    « Le poème laisse son empreinte, indélébile, comme le sillage d'une étoile enfuie, mais toujours présente... » Yves Duteil

  • Puzzle

    Isabelle Vary

    Sarah la journaliste et Hugo le lieutenant de la police judiciaire le traquent, lui le tueur d'étoiles, le voyageur du temps qui n'agit que pour éviter de souffrir.
    C'est Elle la cause de tout, ou alors est-ce leurs blessures d'enfance à tous les quatre??
    Il va falloir rassembler les différentes pièces du puzzle et se plonger dans le passé pour parvenir à résoudre l'enquête et à répondre à toutes leurs questions.

  • "Pendant des décennies l'auteur a entendu, a vu, a agi dans un monde en évolution permanente sur trois continents.
    Ce temps passé l'amènera à être témoin, acteur, participant à des événements, des rencontres dans des lieux mythiques.
    Cet ensemble fera que l'auteur mènera une réflexion sur notre monde passé, actuel et à venir. "

  • écoute mon silence

    Amielle

    Arthur, 18 ans, a commis l'irréparable. Il refuse de parler à quiconque. Julie, étudiante et stagiaire chez l'avocat d'Arthur, passionnée par la Communication NonViolente, va rentrer dans la prison et créer du lien avec Arthur, pourtant très méfiant. Elle tente d'écouter avec son être ce qu'il ne dit pas. Elle va se livrer à lui pour qu'il apprenne à la connaître, peu à peu. À travers ses questionnements, sur elle, sur la vie, on lui découvre une philosophie très libre, ouverte et humaniste.
    Julie nous entraîne dans son existence, où les relations humaines sont trop fades à son goût. Elle aime la liberté, la nature et l'intensité.

  • Une gosse entre enfance et adolescence à la fin des années cinquante.
    Chaque été depuis ses six ans, elle vit au rythme de « la colo », un camp pour adolescents, au bord de la côte landaise.
    « Trahie » dans sa passion pour sa mère, elle se met à l'affût et tente de disséquer les relations de ce couple que sont ses parents, dans un contexte d'époque en mutation.
    Rebelle, avide, en quête de sens et de sensations, l'enfant se heurte à la complexité des non-dits, aux ambiguïtés et aux rapports de séduction qui peuvent basculer dans la violence. Sa capacité de résistance, son humour et sa force de vie décideront de ses choix.
    « La colo était un lieu de vérité qui râpait les peaux mortes et vous laissait parfois à vif. [...] Derrière la petite fille bien élevée, la sauvageonne était ici dans son aire de jeu. Sans l'été, la plage, la forêt, la colo, la vie soudain à cru, rien ne serait arrivé. »

  • Le sablier

    Muriel Roche

    Le sablier : Dans un monde envoûté par la puissance et l'invincibilité, deux individus se retrouvent plongés avec délice dans une approche mutuelle. Il s'agit, en priorité d'une parenthèse ouverte sur l'émerveillement, la spontanéité, la grâce. Libre au lecteur de la refermer ou pas.
    Robespierre et Gavroche : Lison et Nelly se rencontrent en de bien étranges circonstances. Contre toute attente, leur générosité, leur ouverture d'esprit vont concourir pour l'une, à se relever dignement, pour l'autre à enrichir sa vie et à la poursuivre selon ses convictions.
    L'ultime rivage : Hélène et Jean ont vécu un amour rare. La vie les a éloignés l'un de l'autre, sans toutefois effacer leur histoire. Les voici, de nouveau réunis en une correspondance où se mêle la beauté des souvenirs à un présent non moins enchanteur.
    La certitude de trop : Emma est prisonnière d'une relation toxique. Peu à peu, elle va mettre en place des défenses pour protéger sa vie ainsi que pour conquérir son autonomie. La rupture avec Jacques est le prix qu'elle accepte de payer pour donner à sa vie le sens qu'elle souhaite.

  • Orphelin d'un père fantomatique, complexé par son pipi au lit, souffre-douleur de ses camarades de classe, il vit en vase clos avec sa maman, douce consolation, croit-il, aux duretés du monde.
    Mais depuis qu'il a désobéi en s'aventurant dans le jardin interdit, qu'il a passé un pacte en forme d'allumettes avec une ancienne divinité du feu contre la promesse de révélations top secrètes, la fée au doux visage a pris un aspect inquiétant !

  • Le voyage à Milwaukee

    Gilles Treton

    "Trois hommes « ordinaires », authentiques, empêtrés, avec une passion commune, Harley Davidson, comme un prétexte pour être ensemble.
    Face à eux, Sylvie, Rose, Yasmine, Simona, des femmes fortes. Pas facile de se comprendre...
    Au milieu de tout ça, le chien Bob qui ronfle et qui bave."

  • Le carnet vert

    Valérie Renard

    Vouloir un enfant à tout prix, mais pas à n'importe quel prix ! En vouloir cinq, remplir la maison de leurs rires, de leurs cris et de jeux. Un seul viendra, du bout du monde, pour la plus belle des aventures, avec pour seul bagage un pyjama et... un carnet vert.
    Des années plus tard, il sera rejoint par un bébé miracle qui viendra chambouler la vie, lui donner un nouveau tournant... Chaque arrivée est marquée de son lot de questionnements, de rires, de joies mais aussi de larmes et de souffrances. La famille devient alors refuge, rempart contre les épreuves, valeur sûre. Et l'espoir toujours l'emporte. Les enfants ont grandi, l'équilibre est fragile, la vie a pris une autre saveur, plus consciente de la richesse de chaque jour, plus riche de chaque instant. Cet équilibre bascule après un voyage au bout du monde, un voyage pour trouver des réponses. C'est une nouvelle épreuve et un dénouement des plus incroyables.
    De questionnements en « deuils d'enfant », d'adoptions en naissance, d'attachements en liens qui se créent, parfois brutalement, pour devenir indéfectibles, c'est aussi une histoire de retrouvailles et de renaissance, au-delà de toute espérance, au bout du monde et dans le coeur d'une mère. Une histoire à partager avec cette autre mère, là-bas et puis... avec toutes les autres, d'aujourd'hui et à venir, ici et ailleurs.

  • Un recueil de poèmes, illustré par l'auteur et préfacé par Danièle-Anne Grunhertz, construit comme un cheminement allant « du chaos à l'aube », et de l'ombre à la lumière. Une ode à la nature et à la vie, et au parcours sinueux de l'humain pour atteindre l'éveil. Une poésie qui fait tant écho aux temps actuels qu'elle devait être mise au jour.
    Une invitation à entrer en relation avec soi, la nature et le grand architecte de l'univers.

  • La littérature poétique, comme les mots qui la composent, est par nature « indomptable ». Cela en constitue la beauté, mais rend parfois sa lecture soupçonneuse d'hermétisme voire de confusion. Désireux de rendre l'écriture poétique accessible à tous et de partager son goût des mots, l'auteur présente ses poèmes sous quatre formes révélant et clarifiant ses thèmes de prédilection.
    Dans Le doux enlacement des mots, où il évoque l'amour et le désir, les coeurs palpitent comme des ailes qui battent l'air...
    Dans Le sixième sens des mots, il exprime des émotions que l'on devine entre les lignes, comme lors de rêves ou pour révéler des utopies indispensables...
    La lente ascension du temps évoque des sentiments relatifs au temps qui nous prend ou à celui qui court...
    Dans la partie La plume et ses raisons, il imagine des livres arrachant leurs pages, les remplaçant par des lettres plus sages...
    Il offre ces mots à votre lecture. Prenez-en soin, pour que leur voyage dure longtemps dans votre coeur.

  • Un soir de la Saint Sylvestre, la vie de Marianne bascule : son mari est tué et sa fille Alice, âgée de huit mois, grièvement blessée dans un accident de voiture. Les pronostics médicaux sont implacables : son enfant restera handicapée.
    De plus, depuis l'accident, une ombre inquiétante, malveillante, insaisissable, menace Marianne et sa fille. Naît alors la volonté´ farouche de défier le destin et repousser les limites du possible.

  • Mike vit seul. Bodybuilder sans répit, il cultive une solitude d'une telle densité qu'elle est à ses yeux perfection. Sa vie se rythme de façon binaire : chez lui, il soulève de la fonte en vue de parfaire son corps colossal. Il sculpte ses muscles des heures durant, poussant avec obsession les limites de sa force. Au-dehors, il travaille dans un abattoir, où il met à mort les bêtes. Son monde est fait de pensée, d'esthétisme et de chair. Monde quasi complet, fait d'un seul homme, hermétique. Cela aurait pu - aurait dû - suffire. Mais quand une vieille connaissance vient frapper à sa porte pour lui réclamer une aide désespérée, le monde de cet être muré va s'ouvrir aussi radicalement qu'il l'avait maintenu clos. Pour ne jamais plus se refermer.
    Au travers de ces pages au style incantatoire, l'auteur nous entraîne dans un roman noir d'une originalité surprenante, dont le dénouement laisse le lecteur ébloui. Jouant à déborder le cadre du style policier, il nous immerge, au fil d'une narration âpre autant que sensuelle, dans le monde intérieur d'un être hors du commun, offrant une plongée inattendue dans les profondeurs de l'âme humaine.

  • Année 1948. Âgée de quelques mois, Muriel sera confiée à ses grands-parents paternels. Aimée tendrement pendant neuf belles années, elle ne retrouvera le foyer parental que pour son malheur. Son grand-père maternel, le Monstre, la violera et la prostituera. Parler lui sera impossible : son Monstre menace de mort ceux qu'elle aime le plus. A onze ans, elle se confiera enfin. Son père l'aidera peu, sa mère la culpabilisera sa vie durant. Elle sombrera dans la dépression, la boulimie, l'anorexie. Adulte, sous l'emprise d'un homme alcoolique et violent, elle sera violée. Enceinte, elle deviendra maman d'un enfant qui deviendra le seul sourire de sa vie. Un psychiatre hors du commun lui permettra de tuer Muriel et de faire naître Kathya...
    Au fil des ans, elle aura connu l'inceste, la prostitution infantile, les maltraitances physiques et morales, l'abandon, une IVG, puis le viol. Confrontée à l'homophobie, elle soutiendra jusqu'à son décès un ami atteint du SIDA. Elle devra faire face au racisme et à l'antisémitisme.

  • "Médecin en rupture, Marc Sampieri explore, pour le donner à vivre, l'âpre chemin d'une libération personnelle. Clinicien avisé, il décrit sans détours et sur différents plans enchevêtrés, la cassure amoureuse entre deux êtres jusqu'alors unis : sa déchirure intime.
    Apparaissent au fil des lignes les obsédantes et universelles questions du non-dit de toute relation et de l'aliénation volontaire en résultant.
    En filigrane et par touches successives s'exprime ainsi et surtout une métaphore révélant l'incompréhension entre territoires mentaux divergents incarnés, dans le concret grinçant de la fiction affective, par deux pays devenus antagonistes...
    Lettres à La Femme de L'autre est le roman qui dévoile pourquoi la Corse sera indépendante."

  • Le jeune Hubert-Félix veut entreprendre, éventuellement s'enrichir. Souvent rembruni, quelquefois frustré, il tente de formuler ses difficultés pour mieux s'en libérer. Il sent comme une gêne, un empêchement.
    Croyez-vous, lecteur, qu'une lettre puisse tout bousculer ?

  • Jusqu'au début du XIXe siècle, « la Presqu'île » est une terre sauvage, une page encore vierge, sur laquelle la modernité va s'imprimer en quelques années. Au son du chemin de fer, de la Navale et de l'éclosion balnéaire, cette bande littorale de Saint-Nazaire au Croisic va attirer des milliers de migrants, et parmi tous ceux-là : les Delvigne, famille de forgerons, et les Lascombes, paysans ruinés. Des années plus tard, la cadette des Lascombes, Blanche, cherchera elle aussi à partir et vivra au rythme des grands événements mondiaux. Comment poursuivra-t-elle son destin malgré le poids des traditions familiales?? Et que deviendra la fille de l'Iranien, son enfant rejetée??
    La fille de l'Iranien mêle récit familial, roman et faits historiques et relie ainsi la petite à la Grande histoire.

  • Enseigner l'anglais tous les jours dans un lycée professionnel de l'est de la France et se retrouver en un clin d'oeil confiné à la maison pendant plusieurs mois c'était tout sauf prévu?!
    Un prof à la maison qui se retrouve alors face à ses doutes, ses peurs, ses envies mais aussi face aux préjugés.
    Comment faire?? Que penser?? Se lamenter, rire, sourire ou pleurer et surtout faire avec, au fur et à mesure des jours et des semaines qui passent.
    Ceci est le journal drôle, sérieux, touchant, sarcastique et introspectif de confinement d'un prof d'anglais de 43 ans avec ses réflexions sur son travail, la Covid, l'actualité, les difficultés à avancer dans un contexte particulier, ses remises en question, ses moments de joie ou de détresse et surtout papa d'un petit garçon de 10 ans qui aura un grand rôle à jouer dans ce récit?!

  • Comment peut-on imaginer que mille ans plus tard, deux âmes se retrouvent de nos jours ? C'est bien l'histoire vécue par Éden et Wendy, un preux chevalier et une gente Dame. Éden nous raconte son incroyable histoire. Des visions, des rêves, vont les amener tous deux vers la régression des vies antérieures. Toujours passionnés par l'époque médiévale et par le plus grand des hasards, ils vont se rencontrer.Un hymne à l'amour éternel, au monde spirituel, aux manifestations de l'Au-delà. Ce témoignage nous apprend que rien n'est figé à travers les siècles et l'amour est à jamais inscrit pour l'éternité.Certains d'entre nous avons déjà vécu des faits semblables, qui dépassent l'entendement. Pourquoi ne pas envisager que l'irréel peut devenir réalité et que la source de notre âme existe à jamais ? Cette dernière se réincarne dans d'autres corps, en d'autres lieux aussi souvent que nécessaire. Rien n'est figé à travers les siècles. L'inspiration, les émotions, la sagesse et l'amour qui émanent de ces pages sont inscrites à travers les âges. Il y a fort longtemps, certaines personnes ne croyaient ni aux anges, ni à la réincarnation, ni à aucune manifestation spirituelle. Puisse ce livre redonner espoir au monde et nous rappeler à jamais que nous assistons au retour de l'âge des miracles.

  • "Pia a quinze ans. Après avoir été chassée de Florence et de Toscane en même temps que les Médicis, la voilà installée à Venise. Avide de vivre enfin en dehors de l'emprise de Cosimo dei Medici, elle s'apprête à devenir citoyenne de la Sérénissime. Mais le Destin n'a que faire de la sagesse de Pia !
    Accompagnée de Gio, un jeune batelier de la Lagune, Pia est forcée de fuir à nouveau sur les routes. Rêvant d'un royaume bien à elle, elle part en quête de ses origines dans les montagnes autrichiennes, avant de revenir en Italie. Mêlée au conflit qui oppose, en Romagne, le duc de Milan et le pape de Rome, elle est fascinée par les condottieri, chefs mercenaires qui mènent cette guerre. En rejoignant leurs rangs, elle tente elle aussi de se tailler un domaine à la pointe de l'épée. Mais le coeur a des raisons..."

empty